Toutes les six heures un modèle de prévision numérique fait évoluer cette situation analysée quart d'heure par quart d'heure jusqu'à 3 ou 7 jours d'échéance. Il produit de cartes de prévision du temps à diverses altitudes sur l'Europe par pas de 3, 6 ou 12 heures.
Ce modèle très complexe consommant des millions de données nécessite l'utilisation d'ordinateurs très puissants, les supercalculateurs capables d'effectuer plusieurs centaines de milliards d'opérations par seconde.

Les cartes de prévision sont interprétées par le prévisionniste, qui les adapte et les affine afin d'être le plus précis possible sur sa zone de compétence. Ce travail d'interprétation reste indispensable à la création de bulletins de qualité. En effet, les indications du modèle sont parfois grossières, elles prennent mal en compte les phénomènes de petite échelle (orages, bancs de brouillard, accélération du vent dans les vallées…).



 
 
 
[ page précédente ] page 3